Bienveillante Jupiter

Jupiter

Jupiter, autour de laquelle se situe une bonne partie de l’intrigue du tome un de la trilogie ARCHIPEL, est la plus grosse planète de notre système solaire. Elle est constituée d’un noyau d’hydrogène solide recouvert d’océans et d’une atmosphère d’hydrogène et d’hélium. Elle se présente sous l’aspect d’un globe immense, strié de bandes fuligineuses et oranges. Onze fois le diamètre de la Terre, trois cent dix-huit fois sa masse, un cortège d’une soixantaine de satellites naturels (dont quatre comparables en taille à la lune) plus quelques anneaux, délicats comme de la dentelle bien que largement moins impressionnants que ceux de Saturne.

Cette planète est en réalité une étoile avortée. Des réactions nucléaires agitent son cœur, à l’origine des gigantesques tourbillons de son atmosphère, mais l’embrasement ne s’est jamais généralisé aux couches externes, faute d’une masse suffisante. Le plus grand cyclone visible à sa surface est la fameuse tache rouge, un œil de cyclope qui ne cille jamais et qui pourrait engloutir trois Terre à la fois.

Autre particularité de cette planète hors norme : grâce à son immense force d’attraction qui s’étend jusqu’à l’orbite de Saturne, elle a capté l’essentiel des météorites et des comètes qui traversent depuis l’aube des temps le système solaire, les empêchant d’aller percuter la Terre et permettant ainsi à la vie de s’y développer. Sans sa présence bienveillante, la vie n’aurait probablement jamais eu le temps de dépasser le stade de la bactérie sur la planète bleue.

Pourquoi avoir inventé l'écriture à Sumer ?

Cela fait plusieurs centaines de milliers d’années que les hommes inventent des langues, des outils, des cultures, des religions et au moins quarante mille ans qu’ils pratiquent l’art sous différentes formes. Mais cela ne fait que six mille ans qu’ils ont commencé à créer les premiers systèmes d’écriture.

Pourquoi si tardivement ?

Vraisemblablement parce qu’ils n’en ont pas eu besoin avant. Et qu’à cette époque charnière, la transmission orale est devenue insuffisante à gérer les besoins d’un monde de plus en plus compliqué et qu’il a bien fallu la substituer par un moyen plus fiable et plus pérenne.

L’apparition de l’agriculture dans le Croissant Fertile, au début du néolithique, a permis de nourrir plus de monde et de créer les premiers centres urbains, les premiers états. De cette complexification de la vie quotidienne a tout naturellement surgi des besoins économiques et administratifs croissants, mais également des besoins de communication commerciale, juridique et politique.

Du coup, ce n’est pas un hasard si la plupart des plus anciennes tablettes découvertes en Mésopotamie (civilisation sumérienne, évoquée dans le tome 5 des aventures de Thomas) sont des listes d’objets et de chiffres, qui conservent certainement la trace d’opérations comptables, toujours plus nombreuses et plus complexes, inhérentes à la gestion des états émergents.

Il est donc plus que probable qu’avant de devenir un outil au service de la langue capable de fixer la pensée, l’écriture ait été un simple système d’enregistrement.

La matière noire

La matière noireLa matière noire, évoquée dans le tome 8 de Thomas Passe-Mondes, et qui permet aux Ensemenceurs de Conscience de concevoir des portails de téléportation (appelés ouvrespaces) et des métabalises (les fameuses Frontières recherchées par Thomas), existe véritablement.

C’est une catégorie de matière assez mystérieuse, qui n’a encore jamais été observée directement mais dont les effets sur la mécanique cosmique sont connus depuis des décennies. Elle constituerait autour de 25% de la masse totale de l’univers et serait constituée de particules exotiques appelées neutralinos, capables d’interagir avec leur environnement uniquement par gravitation.

Les cheminées coiffées, dites encore demoiselles coiffées

Les cheminées coiffées que Thomas et Tamgaali découvrent dans le désert d’Ushitar, sont des structures géologiques assez fréquentes dans notre propre monde.

Ce sont de grandes colonnes naturelles faites de roches friables, le plus souvent sédimentaires, et dont le sommet est constitué d'une roche plus résistante aux effets de l'érosion. Ces formes étranges (parfois phalliques), présentes un peu partout sur la planète et dont les plus remarquables sont situées dans la région de la Cappadoce en Turquie, sont à l'origine de nombreuses croyances ou légendes.

Une cheminée coiffée

Une cheminée coiffée (encore appelée cheminée de fée ou demoiselle coiffée) en Cappadoce (Turquie)

La Force de Coriolis

La force de Coriolis, dont Thomas observe les effets à l’intérieur de la métalune des Incréés, est une force qui agit sur n'importe quel corps se déplaçant dans un système tournant indépendamment.

Quand un manège tourne, même très lentement, il est impossible de parvenir au centre en marchant selon une ligne droite absolue: le mouvement de rotation du manège ajoute à notre déplacement un mouvement latéral, qui est facile à observer par une personne située hors du plateau.

Les vents autour de la Terre sont détournés par une force analogue (dans le sens de rotation de la planète). Cette déviation va dans le sens des aiguilles d’une montre (vers la droite) dans l'hémisphère Nord et en sens inverse dans l'hémisphère Sud.

Nous pouvons voir une autre manifestation de la force de Coriolis quand nous vidons notre bain, l’eau s’évacue en formant un tourbillon qui tourne dans le sens horaire dans l’hémisphère nord et en sens inverse dans l’hémisphère sud.

À une échelle plus grande, les avions ont tendance à dévier de leur trajectoire vers la droite et doivent corriger leur direction constamment. Les trains en direction nord-sud ont également une légère tendance à vouloir "sortir" de leur rail vers la droite. De même, la force de Coriolis a pour effet d'accentuer l'érosion des cours d'eau sur le côté droit.

La force de Coriolis

1492 : A l’assaut du Mont Aiguille

Le Mont Aiguille, la plus célèbre montagne du Vercors sur laquelle Thomas sauve Ela dans le premier tome, est appelé Mont Inaccessible au moyen âge.  Cet énorme rocher en forme d’obélisque de 900 m de hauteur, comptait  autrefois parmi les « sept merveilles du Dauphiné ».

 Longtemps auréolé d’un halo de légendes, il fut gravi pour la première fois en 1492, l’année même de la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb, par le capitaine Antoine de Ville et dix hardis compagnons, pour satisfaire à une fantaisie du roi Charles VIII. Ils plantèrent trois croix au sommet et célébrèrent une messe, devenant ainsi les premiers alpinistes français et retirant du même coup à la cime un peu de son ancien prestige.


Le Mont Aiguille, d’après une gravure de 1525
Le Mont Aiguille,
d’après une gravure de 1525
Le Mont Aiguille, d’après une gravure de Victor Cassien de 1829
   Le Mont Aiguille,
d’après une gravure de Victor Cassien de 1829
 

Le Mont Rainier

Le Mont Rainier

Le mont Rainier, dont il est question dans le septième tome de la série Thomas Passe-Mondes, est un volcan actif, point culminant de la chaîne des Cascades, dans le Nord-Ouest des États-Unis.

La taille du mont Rainier (4392 mètres d’altitude) le rend très visible dans toute la région de Seattle (état de Washington), et même depuis les villes de Portland (état de l’Orégon) et de Victoria (au Canada). La base du volcan couvre une superficie d’environ 250 kilomètres carré. Il représente un danger permanent pour près de deux millions d’habitants vivant dans les environs.

Découvert lors d’un voyage d’exploration mené en 1792 par Georges Vancouver, l’imposant volcan reçoit à cette occasion le nom d’un ami de l’explorateur, le contre-amiral Peter Rainier. Les indiens l’appelaient pour leur part Tacobet ou Tahoma, signifiant « lieu où naissent les eaux » et « la montagne Dieu ».

La confusion arthurienne

la légende initiale du roi Arthur et de ses Chevaliers de la Table Ronde

Contrairement à l’idée couramment admise, la légende initiale du roi Arthur et de ses Chevaliers de la Table Ronde ne se déroule pas au moyen âge, mais quelque temps après le départ des romains de l’île de Bretagne (de la fin du Ve siècle au début du suivant), dans le contexte troublé des invasions saxonnes. Les évènements relatés ont pour cadre le sud de la Grande Bretagne et une partie de la Bretagne continentale. Les personnages centraux de la légende sont des personnages caractéristiques de la société celte bretonne de cette période : des chefs de guerre et des héros (Uther Pendragon, Arthur, Yvain…), des druides, des bardes (Merlin…), des fées (Morgane, la Dame du Lac…), des objets magiques (les Chaudrons de Résurrection…)

Ce n’est qu’au fil des siècles que les écrivains francs puis français transforment la légende originale et l’enrichissent en mettant progressivement l’accent sur les valeurs chevaleresques propres à la France du nord (les héros hirsutes et sauvages deviennent de policés chevaliers caparaçonnés de métal) et de l’amour courtois propre à la France du sud (apparition de couples aux destins tragiques : Lancelot et Guenièvre, Tristan et Yseult…), tout en christianisant habilement le tout (les fées deviennent des reines, les chaudrons de Résurrection se transforment en Graal…).

Le porte avions Nimitz

Le porte avions NimitzCe porte avion nucléaire sur lequel Thomas et ses amis embarquent dans le tome 6, Styx, a été rendu célèbre dans les années 80 par le film « Nimitz, retour vers l’enfer » avec Kirk Douglas en commandant. Le bâtiment est une véritable petite ville flottante de 333 mètres de long emportant dans ses flancs 5700 membres d’équipages et 85 aéronefs. Il est capable de croiser 18 ans sans escale grâce à ses réacteurs nucléaires. Sa puissance de feu embarquée est supérieure à celle de toute la flotte américaine durant la seconde guerre mondiale.

Les véritables découvreurs de l’Amérique

Les véritables découvreurs de l’AmériqueLes premiers européens à avoir foulé le continent nord-américain sont les Vikings de Leif Erikson, autour de l’An Mil, notamment sur l’île de Terre-Neuve (Canada) dénommée Vinland (littéralement Terre de la vigne). Leif Erikson était le fils d’Erik le Rouge, lui-même découvreur du Groenland où il avait établit une première colonie humaine. Un peu plus tard, Þorfinnr Karlsefni installa un village au lieu dit actuel l’Anse aux Meadows, qu'il appella Straumfjörðr. Les vestiges de ce village ont depuis été retrouvés. Des objets vikings ont également été découvert dans des sites inuits et amérindiens, attestant d’échanges commerciaux entre les européens et les américains à cette époque. En 1014 serait né un certain Snorri, fils de Thorfinn Karlsefni et Gudrid, premier européen né au Vinland. Cependant, les colons scandinaves, rapidement en conflit avec les indigènes, évacuèrent le village quelques années plus tard.

l’Edda de Snorri

 Couverture d'un manuscrit de l'Edda de Snorri illustré par Ólafur Brynjúlfsson en 1760Snorri Sturluson, dont il est question dans le tome 6, Styx, exista véritablement.  Né en 1179 en Islande, il fût tout à la fois homme politique, diplomate, historien et surtout le principal écrivain scandinave du Moyen Âge. Auteur de nombreuses sagas et de récits mythologiques, son œuvre constitue une source irremplaçable pour la connaissance de la mythologie nordique. Sa création la plus célèbre est l’Edda, tout à la fois manuel de poésie scandinave et présentation complète et organisée de la mythologie nordique, qui en fait l’un des chefs-d’œuvre de la littérature Islandaise. L’Edda constitue la principale source de notre connaissance de la mythologie nordique, même s’il est probable qu’il s’agisse d’une vision grandement déformée par la culture chrétienne.