Tome 1, Dardea

Editions Alice Jeunesse, 2008, 320 pages
Description de l'ouvrage

Acheter le livre sur FNAC.com

 

 

 

Extrait

— Je suis heureuse que nos chemins se soient croisés, Thomas Passe-Mondes, 


dit la jeune fille en portant la main à son cœur.
— Je suis également heureux de te connaître, Ela Daeron, bafouilla le garçon. Mais mon nom est Passelande, pas Passemonde, poursuivit-il en continuant à utiliser les mots chantants venus de nulle part.
— Je ne parlais pas de ton nom, Thomas, mais de ton rang ! Tu es un Passe-Mondes

 

— Des mouches à bisous ! gémit Ela.
— Elles vont nous faire des bisous ? s’étonnaThomas.
— Non, on les appelle ainsi à cause de leur cri caractéristique, expliqua la jeune fille. Mais elles vont signaler notre présence aux sables mouvants ! Il faut courir, Thomas. IL FAUT COURIR !
— Calme-toi ! déclara le garçon d’un ton apaisant. Si nous sommes dans des sables mouvants, il ne faut pas courir, au contraire. Reste calme…
— Tu ne comprends pas, Thomas. Je ne sais pas comment c’est chez toi, mais ici les sables mouvants chassent et les mouches à bisous leur servent à repérer leurs proies. Les sables tueurs ne vont pas tarder à suivre. Partons !
— Les sables mouvants ne se déplacent pas, la contredit Thomas, avec toutefois déjà moins d’assurance dans la voix.
— Ils ne seraient pas mouvants s’ils ne se déplaçaient pas, Thomas ! Fais-moi confiance. COURONS !

 

 

L’Animaville flottait à une cinquantaine de mètres au-dessus du lac, presque aussi haute que la montagne. Quatre passerelles la reliaient à d’imposants pontons flottants, placés aux quatre points cardinaux. La ville elle-même ressemblait à une toupie d’enfant gigantesque. Les constructions se répartissaient exclusivement sur la surface supérieure, en pente assez vive. Elles se serraient toutes à l’intérieur d’une muraille fortifiée épousant les contours de la créature volante. Le centre de la ville, situé au point le plus élevé, était dominé par un palais magnifique, hérissé de tours pointues et étincelant d’une multitude de fenêtres. Un énorme dôme en verre surmonté par une incroyable construction translucide en forme d’aiguille en marquait le centre. Il réfléchissait la lumière du soleil, comme un miroir géant…


L’intrigue


Thomas Passelande vit une existence sans histoires en compagnie de sa grand-mère Honorine, dans une petite ville des Alpes. Jusqu'au jour où il découvre par hasard qu'il possède le pouvoir de pénétrer dans un univers parallèle, le mystérieux Monde d’Anaclasis, peuplé d’habitants étranges.
Un monde où les villes sont d’immenses créatures vivantes flottant dans les airs, les sables mouvants de terribles prédateurs, et les nuages le terrain de jeu d’immenses vers, non moins redoutables. Un monde où les hommes ont apprivoisés l’étonnante vibration fossile, qui leur permet de se déplacer à la vitesse de la pensée ou de transformer le son en une arme redoutable.
D’aventures en rencontres, Thomas apprend qu’il appartient à l’ordre respecté des Passe-Mondes, et qu'un destin hors du commun l'attend depuis toujours : il est le nouveau Nommeur, seul capable de retrouver le nom des Incréés et d’utiliser leur pouvoir pour tenter de contrecarrer les sinistres projets du Dénommeur et de ses légions d’hommes scorpions.
Thomas trouve sa meilleure alliée en la pétillante Ela, avec qui il noue une tendre complicité. L’Animaville Dardéa, les Touillegadoues et les énigmatiques Veilleurs d’Arcaba lui apportent un soutien sans faille, tandis que les suppôts du Dénommeur conspirent dans l’ombre pour tenter de l’enlever…

 

L’avis de l’éditeur

 Aventure, humour, suspense, intrigues, tous les ingrédients sont réunis pour créer un monde fantastique peuplé de personnages bienveillants ou terrifiants. Plongez-vous sans plus tarder dans cette quête fantastique et passionnante !
Tout est respectant les règles de l’heroic fantasy, l'auteur a construit un monde intéressant et prometteur, dont l’imaginaire – narratif et verbal – est sans limites.
L'intrigue connaît de nombreux rebondissements et le lecteur n'a pas l'occasion de s'ennuyer. Les dialogues sont écrits dans un style contemporain très accessible aux jeunes lecteurs, avec maintes références à leur vie quotidienne (musique, mode…).

 

L’avis des lecteurs

Ce premier roman, que l’on dévore en quelques heures, tellement l’histoire est prenante, plonge d’emblée son lecteur au cœur d’une formidable quête fantastique vraiment passionnante. Il permet à celui-ci de s’évader au sein d’un univers original, riche en création avec juste ce qu’il faut de magie, de mystère pour subjuguer celui ou celle qui le découvre. On peut souligner le dynamisme du récit, la complicité des personnages principaux, Thomas et Ela, les nombreux dialogues, la vivacité de l’écriture, la modernité des références à notre monde actuel. Avec ce titre, Alice Jeunesse nous surprend agréablement en se lançant à présent dans le fantastique en grand format ; un premier roman prometteur, digne de rivaliser avec les grandes trilogies, quadrilogies et autres sagas comportant de multiples tomes ; et cela, pour notre plus grand bonheur de lecteur. Souhaitons un grand succès pour les divers tomes dont nous attendrons la sortie avec une impatience non dissimulée ! A dévorer sans hésiter par les amateurs (trices) du genre." (Coup de cœur de Libbylit)

 

Je tenais à vous dire que j'ai adoré le 1er tome de Thomas Passe-monde. Malgré mon âge de 36 ans. J'invite vivement mes filles de 11 et 9 ans à le lire. J'ai hâte de pouvoir lire le tome 2 ! " (Extrait du mail d’une lectrice)

 

Pour l'instant, j'ai lu les deux premiers tomes.(j'attends d'acheter le troisième tome) Et j'ai ADORÉ ! Quand j'ai commencé le premier tome je n'arrivais plus à m'arrêter, je l'ai lu en quelques heures. J'adore votre style d'écriture et les personnages puis c'est original que ça se passe à Sassenages. J'étais sûr dès leur première rencontre que Thomas et Ela allaient tomber amoureux! Je suis impatiente de lire les prochains tomes. J'espère que vous écrirez d'autres livres du même genre! (une internaute de 13 ans)

 

Un cycle que l’on dévore à pleine dents et qui plonge d’emblée son lecteur dans une passionnante quête fantastique » (librairie en ligne Ombres Banches)

 

Il faut souligner le dynamisme du récit, la complicité des personnages principaux, Thomas et Ela, les nombreux dialogues écrits dans un style accessible aux jeunes lecteurs, avec maintes références à leur vie quotidienne. Aventure, humour, suspense, intrigues, tous les ingrédients sont réunis pour créer un monde fantastique peuplé de personnages bienveillants ou terrifiants." (Réseau des bibliothèques publiques de Montréal)

 

Cela faisait un moment que j'attendais d'être à nouveau surprise par un roman. C'est fait ! L'univers d'Anaclasis est d'une richesse impressionnante, les personnages attachants, l'intrigue est menée tambours battants ! Je dis chapeau et surtout... Vivement les prochains opus !!!" (Un internaute sur fnac.com)

 

"Une très bonne surprise! Malgré une trame classique (quête à la fois initiatique et pour sauver le monde d’Anaclasis) l’auteur nous donne à lire un récit attachant. Les personnages sont bien campés, le scénario est fluide et bien écrit, les péripéties s’enchaînent et nous font découvrir un monde parallèle extrêmement détaillé (de façon très légère, il plante le décor et explique les codes de ce nouveau monde). Quelques touches d’humour viennent cependant alléger l’ensemble. De plus, un petit glossaire à la fin permet de s’y retrouver plus facilement. Les ados qui ont aimé ces deux séries (Ewilan et Tara Duncan) ne seront pas dépaysés mais au contraire trouveront plaisir à suivre les aventures de Thomas et d’Ela. J’ai hâte de lire la suite !" (CIBLE 95)

 

"Un livre à ne pas rater pour les amateurs du genre !" (Lectures)

 

« Au XIIè siècle, le philosophe Bernard de Chartres prononçait cette maxime aujourd’hui devenue proverbiale : « Nous sommes des nains juchés sur les épaules de géants. » Le brave homme entendait par là qu’il était loin d’être honteux, pour ne pas dire nécessaire, de s’appuyer sur des sources antérieures pour développer ses propres conceptions.

Cette expression est à garder en mémoire au moment d’aborder Dardéa, le premier tome de la série Thomas Passe-Mondes. En effet si, au premier abord, l’œuvre semble nettement influencée par son illustre ainé qu’est Harry Potter, il ne faudrait cependant pas en conclure que l’ouvrage est un ersatz ou manque cruellement d’originalité. D’une part, parce que l’impact du cycle de J.K. Rowling a été tel dans l’univers de la littérature jeunesse fantastique qu’il semble difficile pour les auteurs de ne pas être influencés par cette référence au moment d’écrire pour ce type de public. D’autre part, parce que l’auteur lui-même assume cette parenté dès les premières pages du livre.

Il est cependant vrai que le héros de l’aventure, Thomas Passelande, partage bien plus qu’une admiration envers le célèbre sorcier à lunettes : tout comme son illustre aîné, le jeune homme est orphelin, maltraité par ses congénères en classe et victime de phénomènes étranges qu’il ne peut lui-même expliquer. Ses seuls alliés sont sa grand-mère Honorine et son meilleur ami Pierric. Son existence aurait pu rester dans cette triste banalité mais la découverte d’un monde parallèle va bouleverser ses repères et l’emmener dans une quête épique. En outre, les lecteurs les plus avisés reconnaitront çà et là quelques péripéties familières mais réinventées sous la plume d’Éric Tasset.

Ces similitudes font-elles de Dardéa, un ouvrage à déconseiller pour les lecteurs/rices qu’il vise ? Certainement pas. Car le texte possède suffisamment de qualités personnelles pour être dévoré par ces derniers.

Car Thomas Passe-Mondes, c’est d’abord un style nerveux, efficace et qui va droit au but. Il n’y a pas d’envolée descriptive dont la longueur arrêterait l’histoire et casserait la tension engendrée. Ce qui ne veut pas dire que l’auteur n’y a pas recours mais seulement qu’il utilise ce procédé de manière parcimonieuse, donnant juste assez d’éléments pour faire fonctionner l’imagination sans que cela se fasse au détriment du déroulement de l’action. On notera également les nombreuses références faites à notre quotidien tout au long du récit et qui contribue à donner au lecteur l’impression de participer aux péripéties.

Cette appartenance est magnifiée par des personnages aussi divers qu’attachants. Surtout Thomas, le héros, qui prend de plus en plus d’épaisseur et de maturité au fil des pages mais sans oublier ce qu’il est vraiment, à savoir un adolescent comme tout le monde. On le voit ainsi tantôt rageur face au manque de confiance qu’on lui témoigne, tantôt naïf et maladroit dans le comportement qu’il adopte vis-à-vis d’Ela Daeron, une jeune fille qui sera son guide au sein du monde parallèle d’Anaclasis et source de bien des ennuis pour lui. Il est également doté de réflexions humoristiques qui font systématiquement mouche et qui apportent au récit une légèreté rassurante, même dans les moments les plus critiques.

Mais c’est dans l’imaginaire de l’auteur que réside véritablement l’intérêt de ce premier tome. Celui offre en effet un univers d’une richesse rare pour une première visite et qui laisse de multiples possibilités pour les récits ultérieurs que ce soit au niveau du concept – très bien amené – de dédoublement des mondes (Anaclasis possédant la même géographie que l’Europe), du pouvoir des Passe-Mondes (bien que les autres disciplines ne manquent pas d’intérêt) qui permet de visiter une grande variété de lieux sensationnels ou encore des Animavilles, ces cités vivantes (dont Dardéa fait partie) qui modifient leur organisation en fonction des besoins des habitants et sous le couvert de certaines règles (pas de consommation de viande, pas de feu, pas d’armes).

Quant à l’intrigue en elle-même, elle prend les traits d’une enquête cherchant à découvrir l’instigateur d’étranges phénomènes survenus au sein du monde parallèle et dont Thomas semble être la cible. Passionnante et dotée de rebondissements multiples, elle se double d’évènements sérieux tels que des rapts, des attaques surprises et même le début d’un conflit à l’échelle mondiale, preuve que si le livre est destiné à un lectorat plutôt jeune, cela ne l’empêche pas de le prendre au sérieux en lui proposant des aventures convaincantes.

Tous ces éléments font bien vite disparaitre le substrat pottérien lancinant des premières pages au profit d’un (double) environnement foisonnant, bourré d’idées bien senties et d’une intrigue qui met en valeur à la fois ses caractéristiques mais aussi les qualités des personnages qui y évoluent. Comme si au fil de la rédaction de Dardéa, Eric Tasset avait pris petit à petit confiance en lui pour mener à bien son projet.

Et le nain Thomas Passe-Mondes de montrer sa volonté de grandir pour devenir l’un de ces géants sur lequel il s’est brièvement juché. Donnez-lui sa chance, il en vaut réellement la peine. »

 

            (Culture et Compagnie)

 

« J'ai acheté ce livre car il m'avait été recommandé. A la base j'étais réticente, car je suis très terre à terre et préfère les romans réalistes. De plus, il semblait évident que le public cible était les adolescents, alors que j'ai 26 ans. Mais voilà que je me mets à lire et que sans effort, je me suis accrochée. Il faut bien reconnaître que l'auteur a une créativité débordante, et que grâce à son imagination il a fait travailler la mienne! J'ai beaucoup aimé ce livre, un vrai moment de repos et de détente. Je suis impatiente de lire les prochains tomes!

(une lectrice sur amazon .fr)

 

« …Je me prends donc au jeu de Dardéa et je dois avouer que la sauce prend plutôt bien! L'univers créé par Eric Tasset est foisonnant de belles trouvailles, l'intrigue, si elle n'échappe pas à quelques facilités par-ci par-là, est intéressante et c'est toujours avec plaisir qu'après ma journée j'ouvre le livre pour retrouver des personnages sympathiques.
Et puis comme je veux savoir la suite évidemment, il va me falloir me procurer...les 5 tomes suivants!... »

(une lectrice sur Babelio.com)


« …Ce 1er volume est pour ma part une véritable réussite. J'ai beaucoup aimé le monde d'Anaclasis, qui met en lumière beaucoup de thèmes philosophiques et sociaux qui touchent à notre propre monde, comme la non-violence, le respect de l'autre, la différence... Je lirais sûrement la suite de cette série. »

(une lectrice sur Babelio.com)


« Je m’appelle Amandine, nous nous sommes rencontré au salon de la littérature médiévale à Alby-sur-Chéran. Et je voulais vous faire part de mes impressions concernant le premier tome de la série Thomas Passe-mondes.

Je vais être franche j’ai ADORÉ votre livre ! Il est tout simplement GENIALISSIME !! Je l’ai tellement adoré que je l’ai dévoré en 2 jours ! L’histoire est très originale est surtout (car c’est le principale) très bien écrite. J’ai eu énormément de plaisir à découvrir le monde d’Anaclasis avec sa faune et sa flore (extrêmement bizarres, il faut l’avouer) mais fascinantes.

Je voulais simplement vous remercier pour ce bon moment de lecture que vous m’avez fait vivre. Et je suis sure que se ne sera pas le dernier.

Je pence vous revoir au mois d’octobre au festival du livre et de la BD pours enfants à Seyssins car j’aimerais que vous me dédicaciez les autres tomes mais aussi parce que j’ai plein de questions à vous poser.

Cordialement, de la part d’une nouvelle fan de la série Thomas passe-mondes !  »

(une lectrice sur www.eric-tasset.com)


« Bonjour Mr Tasset.

Je vous envoie un message a propos de votre livre, Dardéa.

Je l'ai adoré, c'est un de mes livres préférés, merci d'avoir écrit un livre aussi génial !!! »

(un internaute)


“Bonjour, Je suis Evan et je vous ai rencontré au salon du livre de l’imaginaire, à l'espace Aragon.

J’ai adoré votre premier livre : l'histoire, les personnages, et surtout je ne m'attendais pas du tout à ce que Thomas soit né dans le monde d’Anaclasis, d'ailleurs je ne m'attendais pas à beaucoup de choses.

Bref, c'était super ! Je commence sans plus attendre le deuxième livre.”

(un internaute)

 

Je ne sais pas si vous vous souvenez de moi, je m'appelle Vincent. Vous m'aviez présenté votre série "Thomas Passe-Monde" au salon du livre imaginaire le weekend du 11 et 12 avril. Vous m'aviez donné votre mail afin de vous livrer mes impressions.
J'ai adoré suivre les aventures de Thomas à travers le monde d'Anaclasis et redécouvrir les lieux des environs, comme le Mont Aiguille. J'ai hâte de lire la suite, notamment avec le roi Arthur et vos Dragons Poètes. J'ai aussi fait découvrir cette série à mes amis, tous aussi férus de fantaisie/fantastique, et ils ont également adoré l'histoire !

En espérant vous lire très prochainement

Vincent, un nouveau fan ” (mail d’un lecteur)


encore plus d'avis de lecteurs sur Babelio.com

l'avis des chroniqueurs